temple cerisier.jpg
20200128_161708_edited_edited.jpg
ville avec cerisier.jpg
riviere automne.jpg
fenêtre sur la ville.jpg
cerisier porte rouge.jpg
jeune fille.jpg

Bonjour,

Je m'appelle Christelle DAMBLAT et je suis ingénieur de formation. Pour être spécifique, je suis diplômée de l'Ecole des Mines d'Albi-Carmaux, spécialisée dans les procédés pharmaceutiques et cosmétiques.

Ca en jette, non ?

Il y a quelques années, j'ai pris conscience que j'étais malheureuse (comme beaucoup de gens en ces temps de changements et de recherche de soi). Je cochais les cases les unes après les autres : des études d'ingénieur, un bon travail en Suisse, des amis sympas, un appart super... Je faisais tout ce que j'étais supposée faire pour avoir une vie heureuse et réussie, et pourtant...

 

Le vide. A l'intérieur de moi, je m'étiolais.

Je ressentais une vague satisfaction à réussir une étape, puis je passais à la suivante. Je ne ressentais pas grand chose à réussir si ce n'est d'avoir échappé à un gros drame, et c'était effectivement un gros drame quand j'échouais. Mais pas de paix, pas de joie, pas de soulagement, pas de bien-être...

Juste une quête, sans fin. Sans même vraiment savoir ce que je cherchais. Je savais juste que là où j'étais, ça n'allait pas. Et cette petite voix dans ma tête, qui n'en finissait pas : 

"en ai-je fait trop ? pas assez ? est-ce que j'ai commis une erreur en choisissant cette carrière ? cette maison ? qu'est-ce qui ne va pas chez moi ? je n'ai pas de vrais problèmes, et pourtant je ne vais pas bien ! Pourquoi les autres s'en sortent mieux que moi ? qu'est-ce que j'ai fait de travers ? etc"

J'ai essayé de changer des choses. De changer d'entreprise, de pays, de maisons, de loisirs,...

 

Et retour à la case départ à chaque fois. Pourquoi je ne me sens pas bien ?  

Ca m'a pris des années, et je viens à peine de faire la lumière dessus, pour réaliser que : 

1) c'est la douleur émotionnelle que je fuyais. Il n'y a pas de problèmes chez moi, ni de failles impardonnables, ni de défauts inacceptables, qui aient besoin d'être réparés. Et la douleur émotionnelle, elle est coton, parce qu'elle ne vous lâche pas et que vous ne pouvez rien faire, contrairement à la douleur physique ! 

2) les émotions ont une fonction bénéfique (on n'est pas sensé les éviter, sinon, on s'éteint à l'intérieur) et il y a une clé de sortie. Mais les émotions ne sont pas des problèmes à résoudre ! Ce n'est pas comme le Sphynx, c'est pas en résolvant l'énigme que les émotions douloureuses vous laissent partir ! 

3) Si mon esprit brillant a été un de mes plus fidèle et incroyables alliés au cours de ma vie (c'est un gros avantage à l'école et au travail d'apprendre vite et bien), il s'est fait embourber dans des boucles sans fins par mes émotions, et je le suis embourbées avec. Les ruminations, les doutes, les critiques, et toutes leurs copines, on peut y passer sa vie dans cette roue ! Et elle est épuisante et incroyablement douloureuse. Mais comme tout rongeur dans sa roue, ce n'est pas parce qu'on court (ou qu'on réfléchit dans notre cas) jusqu'à l'épuisement qu'on va quelque part !  Au contraire, ce n'est qu'un leurre ! 

Alors j'ai commencé à déconstruire tout ce qui n'était pas moi, à redonner leur place aux émotions (des messagers avec option guérisseur), à refaire connaissance avec qui j'étais (et pas qui je pensais devoir être) et à casser les boucles d'auto-sabotages et d'auto-destructions.  

 

Je me suis remise au centre de ma vie, et j'ai tout repris à zéro.

Parce que je mérite d'être heureuse. Je suis digne d'être aimée. J'ai le droit d'être en paix. J'ai le droit d'être libérée de ce bourreau dans ma tête qui ne cessait de me démolir, de me faire douter, de me trainer dans la boue... parce que je mérite largement d'être acquittée de cette punition injuste ! J'ai le droit de pouvoir m'endormir le soir sereinement sans faire la liste de mes échecs ou de mes obligations. J'ai le droit de pouvoir profiter de ma vie et d ressentir le plaisir et la détente. J'ai le droit de me sentir belle quand je me regarde dans un miroir. J'ai le droit de me sentir en sécurité et de pouvoir lâcher prise. 

Et je pense que toutes les femmes ont ces droits. Nous avons payé un lourd tribu au cours de ces derniers millénaires. Il n'y a pas une agression que les femmes n'ont pas subi au cours de l'histoire. Nous avons dédié nos vies à servir les autres et à leur faire plaisir.

 

Je crois qu'il est temps pour nous (et que nous avons largement gagné), le droit d'être heureuse et de retrouver notre puissance et notre dignité. Nous avons le droit à une belle vie, à la hauteur de l'être divin magnifique que nous sommes.

Chaque coaching est différent, et chaque coach est unique.

Ce que je vous propose moi, c'est de vous libérer du poids des influences des autres et du passé, et de vous reconstruire, tout en douceur et en bienveillance. De retrouver votre force, votre confiance en vous, votre côté majestueux ;-)

Ensemble, on va remettre de l'ordre dans ce qui se passe dans votre esprit, parce que, pour moi, c'est par là que tout commence. Reconnaissance, soutien et encouragements font parfois cruellement défaut dans notre vie, mais ça peut changer ! 

Tout commence avec une idée, qui prend racine et engendre des émotions et des événements dans votre vie. Je vais vous aider à reprendre la main sur cet esprit qui vous torture tous les jours, et vous aider à casser les plafonds de verre. Il n'y a aucune limite à ce que vous pouvez faire, ce que vous pouvez être, ni à votre bonheur ! 

Venez, et vous verrez ! 

grelot léger.jpg